KENYA

Jacques Chambrillon, Directeur Belco Afrique de l'Est

À l’heure où commence les Primeurs, les embarquements se terminent au Kenya pour la récolte principale.

 

Cette récolte, comme dans de nombreux pays producteurs, est l’une des plus difficile depuis une décennie. Comme dans le Sud de l’Ethiopie, les précipitations ne sont pas arrivées aux moments clés pour obtenir des fruits de qualité en quantité suffisante. Les collecteurs sont devenus très agressifs pour obtenir des cerises ou des parches et la situation se révèle très complexe pour les petits acteurs indépendants comme David Ngibuini Maguta et ses partenaires.

→​ Dans ce contexte, le projet Hands on Coffee rentre dans sa deuxième année.

 

Les fermiers des micro fermes sont toujours enthousiastes à l’idée de faire des natures. Malheureusement, certains producteurs ont quitté le groupe, préférant livrer des cerises ou des parches « farm gate », c’est-à-dire que les négociants viennent chercher la marchandise et payent comptant. Seuls les plus motivés sont restés avec David, c’est aussi ceux que nous pensons les meilleurs :

MAGIC, MANAA, MAGUTA, OLO MAYANA, GERALD, MONSANN, GAKIRA, WANjAIRU , MBOGAT, MBARI

Le groupe de producteurs, réparti aux pieds du Mont Kenya entre Nyeri et Embu, offre traçabilité et qualité comme rarement dans la filière du Specialty au Kenya. Nous avons accès, avec eux, à une meilleure compréhension des petites fermes de café dans le pays. Nous comprenons les enjeux de la caféiculture kenyane dans le cadre de polycultures, l’enjeu agronomique des Sl, le développement des Batian et Ruiru 11, les greffes de Ruiru sur des pieds de Sl etc. Ces producteurs nous sensibilisent à l’évolution des systèmes agraires au Kenya face aux enjeux environnementaux, sociétaux et économiques.

 

Enfin, Boyce Harries, à Thika avec les deux plantations de Chania et Oreti, continue de nous livrer des cafés exceptionnels. Il est l’un des derniers fermiers kenyans à proposer toute la palette des variétés kenyane. Le contexte climatique difficile s’accompagnant d’une baisse de rendement, Boyce a fait des choix forts. Il a favorisé les natures et les lavés au détriment des honey se sentant plus à l’aise avec ces process afin de maintenir un haut niveau de qualité.

 ​Les producteurs kenyans sont à un carrefour et les partenaires Belco semblent prendre une direction innovante pour continuer à offrir ces profils kenyans tant recherchés par les amateurs de café.

BELCO

PRIMEURS

CAFÉS

2022